Vive les vacances

Publié le 8 juillet 2014

Bel été à chacun et chacune d’entre vous. Belles vacances ensoleillées, ressourçantes, familiales, ludiques, culturelles, spirituelles, culinaires,…

Rendez-vous à la rentrée le jeudi 28 août pour le primaire (8h30 pour les CM2 – 8h45 pour les CM1 – 9h pour les CE2 – 10h pour les CE1 – 10h15 pour les CP)

le lundi 1er septembre 2014 pour le collège (9h pour les 3èmes, 10h pour les 4èmes, 10h45 pour les 5èmes, 14h pour les 6èmes).

 

Seigneur, donne-moi un coeur capable de prendre des vacances

Capable de se détacher un peu du train-train quotidien, des soucis, des responsabilités.

Un coeur qui, détaché et libre, puisse goûter et respirer la terre

et l’air, et l’eau, et l’être humain aussi.

Donne-moi, ô mon Dieu, un coeur petit comme celui d’un enfant

Un coeur qui s’émerveille devant chaque nouveau matin, devant chaque nouvel horizon.

Un coeur qui se laisse flotter sur les nuages et sache se reposer dans le soleil couchant.

Donne-moi un coeur qui soit capable d’écouter les oiseaux

et de sourire en entendant les bruits lointains des vaches dès que revient le matin.

Donne-moi un coeur capable d’accueillir des événements inattendus

un coeur ouvert à des gens étrangers, et qui se réjouissent de leur altérité.

Donne-moi un coeur qui soit capable de jouer

et de tout oublier à la vue d’un ballon dans l’eau ou d’un enfant dans le sable.

Donne-moi, Seigneur, un coeur ouvert et des mains ouvertes

pour aller à la rencontre des autres, pour goûter leur amitié quand vient le soir.

Donne-moi un coeur qui invite, qui invite chaque passant

chaque homme qui croise ma route, à s’arrêter et à refaire ses forces

Tel un banc accueillant dans l’ombre d’un feuillage.                                                       

Donne-moi un coeur, Seigneur, qui désire se convertir à la simplicité des petites choses

un coeur qui soit capable d’admirer sans posséder, de prier sans parler,

de percevoir à travers le réel, ton Être infini.

Mon Dieu, donne-moi un coeur qui soit capable d’être en vacances

comme toi, ce septième jour quand tout fut accompli, et que tu vis que cela était bon.

Manu Verhulst